FIN

5122008

et bien voilà

Strasbourg, +8°C avec de la pluie ; réveil à 3h du matin …. Merci pour les commentaires, merci pour les gateaux, merci pour avoir arroser les plantes…

On se fera une tite soirée pour se raconter tout ça

JM et Stef

 




Gate 68

3122008

coucou
comme prévu, un petit mot avant d’embarquer (enfin…!?) pour Paris
Enfin car ça fait 7h que l’on tourne dans le terminal : on a fait toutes les boutiques, mangé des coockies et des crevettes, bu du coca et on se remet au goût du jour avec l’actualité et les premiers journaux depuis 1 mois !
la première partie du voyage a été un peu longue (11h) car c’était pour nous la journée.
Ici aussi c’est Noël et certains membres du personnel portent un petit bonnet rouge caractéristique mais le pire à supporter c’est la musique et les chants de Noël qui nous poursuivent dans tous les coins de l’aéroport !!!
Après le soleil on se réjouit effectivement Sus de chausser les skis…
Bon on vous racontera tout ça de vive voix.

NB : pour Armelle… ce soir c’est moi qui s’y colle (JM est plongé dans la lecture de son journal favori) ; pour les autres jours c’est JM qui passait au moins 30 minutes à faire son compte-rendu.

Allez bises à tous

Stef et JM




Christchurch, dernière étape avant le retour

1122008

Nous sommes ce soir à Christchurch, la principale ville de l’île du Sud et la dernière étape de notre périple en camping car. Nous avons rendu notre campervan cet après-midi et nous prendrons demain soir l’avion pour Auckland et après-demain, cela sera le vol du retour vers l’Europe.

 

Ca sent la fin ; en plus il a fait gris toute la journée avec une température à 16° et ce soir il pleut ; cela va faciliter la transition.

 

Avant cette dernière étape, nous sommes allés passer deux jours dans la péninsule de Banks, formation volcanique qui forme une presqu’ile à une cinquantaine de kilomètres de Christchurch, où l’on passe en quelques centaines de mètres du niveau de la mer à plus de 500 mètres. Nous avions posé notre campervan à Akaroa, colonie française à l’origine avant que les anglais y mettent bon ordre ; il en est resté quelques toponymes bien de chez nous (Duvauchelle, Le Bons bay, La Rochelle motel, rue Malmanche, etc.) mais c’est à peu près tout de l’influence française ; le reste c’est plutôt pour attirer les touristes. Sinon, cette presqu’ile à cause de son caractère escarpé offre des coins de nature assez sauvages (pas tout à fait puisqu’il y a toujours des fermes et des moutons) et nous avons pu en profiter pour aller à la rencontre d’une colonie de manchots au crépuscule, à l’heure où les mâles reviennent de la pêche et regagnent leur nid avec de la nourriture pour les femelles et surtout les rejetons qui n’ont pas encore leur autonomie.

 

Sans vouloir vous faire baver quand même, je viens de regarder la météo et … ouf le soleil revient demain et on devrait être aux alentours de 25°C jusqu’au départ !! Pas mal pour un mois de décembre… ici aussi c’est Noël et il y a même déjà des soldes ! Ouiiiiiiii véridique ! C’est bizarre de voir des décorations de Noël et des sapins avec ce climat…

 

La prochaine fois que l’on essaiera de vous faire un p’tit coucou, ça sera dans le salon de l’aéroport de Hong-Kong, histoire de confirmer que l’on est en route pour Strasbourg !! Dans quelques heures on quittera Christchurch pour notre dernier dîner et notre dernière nuit à Auckland, après avoir parcouru plus de 4 600 km en campervan…

 

Première nuit ce soir dans un vrai lit… Au moment où je vous écris, je regarde «The Queen» à la TV en VO sans sous-titre et une chose est certaine… Je ne suis pas devenu complètement bilingue !

JM et Stef

 




Des Fjords au Mont Cook

28112008

Nous vous avions laissé à Invercargill, la ville la plus méridionale de Nouvelle Zélande (je ne sais pas s’il faut dire méridionale ou septentrionale, à vérifier).

Depuis nous avons connu la pluie et le froid dans le parc national du Fiordland, vaste zone située au sud-ouest de l’ile du sud, région montagneuse couverte de forêts et d’étendue d’eaux constituées soit par des lacs, soit part des fiords, vallées creusées par les glaciers et envahies par la mer. Nous avions choisi de faire une croisière à travers le lac Manapouri pour parcourir le fiord le plus long du parc, le Doubtfulsound. Entre les deux, un parcours en bus et en prime la visite d’une centrale hydroélectrique enfoncée 200 mètres sous terre (on se serait cru dans une BD de Blake et Mortimer). Plus de 7 heures de bateau mais le jeu en valait la chandelle surtout pour le fiord malgré un temps très mitigé comme vous pourrez le voir sur les photos : mais c’est sans doute cela, ce caractère austère, majestueux et sombre qui fait la beauté de cette région.

Après les fjords, les montagnes ; nous avons quitté le sud ouest pour regagner le centre et pour aller voir les hautes alpes néozélandaises que nous n’avions pas pu apercevoir une semaine plus tôt à cause du mauvais temps. Après une première étape à Queenstown, station balnéaire chic spécialisée dans les sports extrêmes (dont le bungy – plus connu sous le nom de saut à l’élastique – qui a été parait-il inventé ici : on a vu sur le bord de la route un « spot » où moyennant 165 $ NZ – 80 € environ – on pouvait faire un saut, histoire de se dégourdir les jambes).

Nous avons profité de cette étape pour aller voir des kiwis dans un parc à oiseaux. Nous ne voulions pas quitter la Nouvelle Zélande sans avoir vu cet oiseau emblématique du pays mais apparemment invisible dans la nature. Il faut dire que c’est un animal nocturne ; résultat, pour 35 $ par personne, nous avons eu la chance de voir dans un local complètement sombre hormis quelques lampes infrarouges, les silhouettes et les longs becs de 2 couples de kiwis ; bien évidemment les photographies étaient interdites. Stéphane compense en photographiant toutes les reproductions de cette poule des antipodes, y compris, vous pourrez le voir dans l’album correspondant, les grilles d’aération des moteurs d’autobus.

En fin de parcours, nous avons enfin atteint le Mont Cook, dominant le lac Pukaki de toute sa masse et de sa hauteur. Nous avons de la chance, le temps est magnifique et il n’y a presque plus un nuage dans le ciel. Ce sommet ne fait que 3 754 mètres ; mais il est couvert de glace et de neige, et domine la plaine qui l’entoure de près de 3 000 mètres ce qui le rend impressionnant ; de plus près, on peut aussi constater combien il semble difficile d’accès avec ses glaciers accrochés jusqu’au sommet qui n’est lui-même qu’une pointe de neige suspendue dans le vide.

A part ça, on sent que le retour approche : Jean Marc ne parle plus que de régime !! Nous avions projeté de rester 2 jours dans le parc national du Mont Cook, mais les sentiers de randonnée sont on peut le dire quasiment inexistants !!! Curieux pour un pays qui se dit le pays de la rando ! C’est pas grave, on va filer sur la côte Est pour retrouver nos animaux marins préférés et visiter encore plein de baies inconnues (de nous). Au fait ça vous fait quoi si je vous dis que les cerises sont mûres ainsi que les abricots et les nectarines !! allez mangez bien vos pommes !

JM et Stef

 PS : non Emma, je ne suis pas monté sur le dos d’une baleine parce qu’elles glissent de trop !




Tout au Sud

24112008

On ne vous a pas donné de nouvelle depuis pas mal de kilomètres (il n’y avais pas internet à Kakapoint !!!). On vous avait quitté à Kaikoura sur le pacifique et depuis on a pas mal roulé et pas mal vu de paysages et de bêtes.

Nous avons fait notre sortie en bateau sous un grand soleil et vu 3 cachalots (sperm whale en anglais), d’assez prêt comme vous pourrez le voir sur les photos. En réalité on ne voit pas grand-chose de ces animaux ; c’est un peu comme les icebergs ; on ne voit que la partie émergée qui ne doit représenter que 10 % du volume, ou quelque chose comme ça. En fait comment cela se passe ; notre capitaine, sur la fois de son sonar repère une baleine puis essaye de s’en rapprocher sachant qu’elles viennent régulièrement en surface pour respirer ; là on voit le haut du corps (cela ressemble à un sous-marin) et de temps en temps un jet d’eau. Puis après quelques minutes, vient le plongeon, lent et majestueux ; et comme l’équipage sait l’anticiper, nous avons le temps de nous préparer à photographier le plus spectaculaire, la vue de leur queue à la verticale ou presque quand elle s’enfonce dans l’océan.

Après cette sortie, de laquelle Stéphane n’est pas sortie tout a fait indemne, rattrapé in extremis par un mal de mer qui l’a rendu subitement tout pâle, nous avons pris la route avec l’objectif d’aller voir le Mont Cook, point culminant du pays (3 764 m). Pour l’atteindre, on passe devant deux lacs d’altitude (relative – entre 500 et 700m) d’une eau très bleu à cause de la « farine des glaciers » dixit les guides touristiques. Mais là surprise, un vent à décorner des bœufs et des vagues comme si on était sur l’océan ; et à la place du Mont Cook une masse nuageuse noire presque comme l’ébène. On a alors décidé de changer nos projets d’itinéraires, de rejoindre la côte et la région de l’Otago, cap sur Dunedin (la ville sœur d’Edinbourg) et de prendre la route du sud avant de remonter sur les alpes néozélandaises, en espérant y trouver un temps meilleur.

De Dunedin à Invercargill, d’où nous vous écrivons ce soir, nous avons écumé la côte et presque aucune espèce animale marine significative ne nous a échappé même s’il y a fallu insister pour certaines ; otaries, manchots à yeux jaunes (les plus rares), lions de mer et autres oiseaux non identifiés, nous avons tout vu et bien vu. Vous pourrez en juger sur les photos des albums joints.

Il est 21h30 et il fait encore jour. Magie de l’été qui vient et des terres australes. Demain nous ne pourrons aller plus au sud et nous allons terminer notre périple sur la côte sud et aller découvrir une des régions paraît-il des plus originales de NZ, celle du Fjordland, vaste parc national grand comme deux départements français, quasiment inhabité, traversé par des fjords profond et des grands lacs, et arrosé par la pluie pratiquement tous les jours.

Après la prose de JM, un mot plus banal…

Oui tout va bien, on a bien digéré les grosses moules vertes même si elles sont un peu caoutchouteuses ! allez à la chasse aux animaux sauvages est magique ! il faut quand même avouer que l’on a photographier pas mal de trucs avant de trouver les vrais animaux : algues, troncs d’arbre ou autre poteau ! Mais maintenant on ne nous a plus : même les lions de mer qui se dissimulent sous le sable sur la plage sont facilement repérés !!!

Question météo, on a fait sans doute le bon choix car finalement sur cette côte sud on n’a jamais eu aussi chaud et on a enfin enfilé nos T-shirts sans manche (heureusement, on aurait été à court de vrais T-shirts !).

Pour les photos de Kiwis, je vais voir ce que je peux faire pour toi Jéjé ; pour le papier toilette, on n’y avait pas pensé mais ça nous a fait beaucoup rire ! pour les températures c’est dommage pour vous mais bon ! Merci Sabine pour les p’tits gateaux, il nous faudra bien ça pour supporter le retour !

NB : pouvez-vous prévoir une papamobile chauffée à la gare de Strasbourg car on ne va pas supporter !

Bises à tous

JM, alias Grand Homme et petit Stef




Vers le sud…

20112008

Nous sommes dans l’ile du sud depuis le 18/11 soit depuis 2 jours.

La traversée en ferry a été magnifique ; après 2 jours de tempête et de vent sur Wellington (aucun bateau de tourisme vu dans la baie), nous avons pris, sous un grand soleil et une mer calme, un grand navire « Interislander », 10 ponts et au moins 200 mètres de long, pour sortir de la baie de Wellington, traverser le détroit de Cook (sous les quarantièmes rugissants) et emprunter jusqu’au port de Picton un des nombreux « Marlborough Sounds », vallées noyées par la mer qui ressemblent à des lacs de barrage en montagne.

Il faisait grand bleu et une lumière splendide qui fait tout le charme de ce pays quand il fait beau. Malgré cela nous étions complètement emmitouflés sur le bateau pour nous protéger du vent. Mais quel spectacle …………..

Aussitôt débarqués, nous sommes allés vers l’ouest dans la grande baie protéger à l’est par les « Marlborough Sounds » et à l’ouest par la Pointe de Farewell, la Tasman bay. Là nous avons posé notre campervan deux jours de suite sur une plage de sable orangé au bord de l’Abel Tasman Parck, où nous avons crapahuté en vain hier pendant plus de 6 heures et demi pour voir des animaux marins ; mais à part les oiseaux (mouettes, huitriers pie, goélands et de faux pingouins qui doivent être des fous austraux), nous n’avons vu ni otaries ni pingouins pygmées (nos précédentes tentatives dans la région de Wellington n’avaient rien donné). Mais des criques merveilleuses à faire pâlir tous les tours opérators. Nos essais de baignades n’ont pas donné grand-chose, à part quelques bains de pied. Ces eaux sont vraiment trop froides et le vent n’arrange rien.

Aujourd’hui, le 20, après un grand coup de barre à l’est vers le pacifique, nous avons enfin trouvé des otaries ; après avoir aperçus les premières en roulant, et s’être précipités pour les photographier de peur qu’elles disparaissent dans l’eau, nous nous sommes vite rendus compte qu’elles pullulaient littéralement tout au long de la côte à partir d’une trentaine de kilomètres au nord de Kaikoura notre destination.

Dans cette station située sur une presqu’ile, à coté d’une chaine de montagnes enneigées, nous avons programmé demain une sortie en bateau pourvoir des baleines qui profitent de la présence d’une fosse marine de 1 500 mètres de profondeur et d’un mélange de courants froids et chauds pour venir faire leurs emplettes de nourriture.

A propos de nourriture, nous avons fait ce soir notre première expérience gastronomique néozélandaise pour profiter des fruits de la mer, difficiles à cuisiner en camping. Nous avons mangé des moules géantes vertes (un peu moins tendres cepedant que nos moules de bouchot) et d’autres seafood locales accompagnées de verres de riesling et de pinot gris locaux (ils ont encore des progrès à faire pour se comparer à nos vins alsaciens, rassurez vous).

Pour répondre à quelques questions en vrac :

- les kiwis (les NZ pas les oiseaux) sont très sympathiques : ils disent tout le temps bonjour avec le sourire, vous emballent toutes vos courses au supermarché, se font des bises avec le front et le nez…. Ils sont pas mal (hein Eve ???) parfois un peu enveloppés mais bon ici on se sent très maigre ; Jean Marc est aux anges !!!

- le campervan est effectivement un peu moins spartiate que les refuges de Haute Montagne

- le papier toilette fait ici le 1/3 d’épaisseur de chez nous genre papier bible…. allez savoir pourquoi ?

Allez on va digérer les moules et le vin avant d’aller à la chasse aux baleines !

bises

stef et jm




de la pluie

17112008

Nous nous sommes réveillés ce matin avec notre première pluie…

une tempète même on peut dire avec un vent très fort comme la veille. Nous sommes donc allés visiter le musée national, Te papa Tongarewa. Les musées sont gratuits. C’est un musée qui regroupe à la fois des expos plus « scientifiques » mais aussi plus culturelles avec l’Océanie et les Maoris…

En sortant, ciel complètement dégagé mais toujours avec énormément de vent ! nous avons fais le tour de la baie de Wellington à la recherche des pingouins pygmés et des otaries ….. Rien du tout les amis !!! le vent peut-être. Pas grave on a fait une super ballade et fait des supers photos.

Demain matin à 8h25, on prends le Ferry pour Picton (et non Picon) – 3 heures de traversée et on se retrouve sur l’île du sud que l’on a pu appercevoir cette AM….

A plus

 

stef et JM




Du Mont Taranaki à Wellington

16112008

Nous sommes arrivés aujourd’hui à Wellington au bout de l’Ile du Nord après avoir randonné hier sur les flancs du Taranaki jusqu’au Fenthams peack à 550 mètres sous le sommet, malheureusement inaccessible avec nos modestes « Xpro » de Salomon plus adaptées au trail qu’à la montée sur glacier.

 

Avec la capitale, on a encore plus l’impression de se trouver en Europe. Sans doute une histoire d’argent : la ville ressemble enfin à une ville et non à une zone commerciale en banlieue ; tout est propre et bien léché. Mais surtout le site est extraordinaire ; une baie presque fermée qui forme un lac intérieur, des collines qui descendent vers la mer, une lumière extraordinaire et un vent particulièrement violent qui ne permettait pas de garder son couvre –chef sur la tête.

 

Demain est notre dernière journée sur l’île du Nord avant de traverser en Ferry le détroit de Cook… Dernier espoir de voir une faune « exotique » car pour le moment à part les mouettes, les merles, plein d’oiseaux et des possums écrasés sur la route (il a été déclaré animal nuisible) ! Toujours pas de Kiwis (même dans les « kiwis zone »). D’après le guide, on devrait voir demain des otaries et des manchots… On vous tient au courant !

Pour réponder à Suz… Oui on trouve du Riesling et autres cépages bien connus en Alsace …. on n’a pas gouté mais si on trouve une bouteille on la ramène ! pour le moment on boit du rouge tous les soirs et c’est pas mal !!! Sinon oui effectivement, il y a plein de moutons et de vaches dans les champs et ils ont l’air de manger de l’herbe tout ce qu’il y a de quelconque ! Mais effectivement la viande est bonne et on se régale ; par contre pour le pain et les desserts c’est pas ça !!!!

Jean Marc fait quelques progrès en Anglais (moi aussi d’ailleurs !)…

Bises à tous

Stef et JM




le Campervan…. enfin

16112008

A la demande générale, voici une description de notre « Campervan » comme ils disent… C’est la première fois que nous voyageons comme ça. Sans a priori négatif, nous n’étions pas convaincus et d’ailleurs je me disais bien qu’on irait dans un p’tit hôtel sympatoche de temps en temps. Finalement, c’est pas mal du tout !!! Et pour l’instant nous cohabitons dans notre 8 m² sans problème. C’est même pratique : quand tu fais la cuisine, tu peux fouiller dans les placards où il y a absolument tout, te retourner et te mettre ta crème anti-ride, attraper ta trousse de toilette ou encore mettre la table !!! La seule chose c’est qu’il faut choisir entre la version « salon » ou la version « chambre à coucher » : il y a donc négociations tous les soirs !!!

Vous trouverez quelques photos dans le dossier correspondant.

Pour la circulation, ça convient bien ici où les villes sont peu nombreuses et les rues toujours droites mais je me vois mal dans les rues de Strasbourg avec !!!

Bises

 

Stef et JM




toujours sur l’ile du Nord

14112008

coucou tout le monde…

et bien oui nous sommes toujours sur l’ile du nord que nous sillonons dans tous les sens… Apres Taupo et son Lac, nous sommes alles plus vers le sud dans le parc national du Tongariro ou nous avons escalade le volcan le plus parfait, le Mont Ngauruhoe pour se balader sur les bords du cratere fumant a 2291 m on se serait cru a caracala…. Puis direction la cote pacifique et Napier pour revenir sur la cote de la mer de Tasmanie au pied d’un autre volcan, le Mont Taranaki…. il fait toujours super beau et on a mis les pieds dans l’eau…

Les villes sont assez moches et quelconques, genre un peu Walt Disney> En fait on se croirait aux USA… Trouver de la salde verte est beaucoup plus difficile que des Muffins ou autres confiseries…

pour les photos, il va falloir attendre un peu car on est dans un camping sans WiFi : la pre-histoire quoi… Je suis sur un clavier zarbi donc je ne trouve pas tout ce que je veux …. Je ne peux pas vous joindre de photos aujourd’hui mais c’est pour bientot… Merci pour tous les commentaires : on a bien rigole

 

stef et jm

 

binetot des pics en ;aillot







Un an au Japon: Une Science... |
Ma vie dans 30 kg |
Evasion |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cristal en Argentine
| CORSICA 2008 "Nos vacances...
| Voyages (suite)